Publics concernés

Nos jardins thérapeutiques s’adressent à tous 

 

En effet, il n’est pas nécessaire d’être “identifié” par une maladie ou d’entrer dans une case particulière pour en tirer profit.

Les jardins de soins luttent aussi contre l’épuisement professionnel

Chaque être humain à besoin d’une pause, les soignants aiment aussi s’y ressourcer. Les jardins de soins luttent aussi contre l’épuisement professionnel !

  • pour les lieux de vie : jardins de particuliers, “petits collectifs”, ou maisons de retraites
  • pour les structures hospitalière ou médico-sociale ;
  • dans les espaces publics
  • dans les entreprises…

Nos jardins de soins sont appréciés et profitent à tous les publics, à tous les âges de la vie, que l’on soit porteur, ou non, d’un handicap !  Cela permet une grande mixité d’usage, des rencontres handis / valides ou intergénérationnelles.

Intégré à une structure hospitalière ou médico-sociale :

centres hospitaliers, psychiatriques, éducatifs, cérébraux lésés, autisme, âgées, fragilisées, dépendantes, handicapées, unités pour alcooliques...

Dans les centres hospitaliers, psychiatriques, éducatifs, pour cérébraux lésés, pour personnes atteintes d’autisme, âgées, vulnérables, fragilisées, dépendantes, handicapées, unités pour alcooliques…1, les jardins thérapeutiques prennent toute leur place.

Quand un sens dysfonctionne, tous les autres sens peuvent être éveillés. Et dans chacune de ces pathologies, le stress est toujours un facteur aggravant, qui sera apaisé dans un jardin de soins.